publié le 8 juil. 2011 11:25 par ciiim admin

 

 Inauguration du tertre funraire restaur de John-Frederick Darwall 28 juin 2011

 De gauche à droite : Patrick Bacon (conseiller de la Municipalité de Lac-au-Saumon),
Raymond Thériault (président de la Société locale de développement de Lac-au-Saumon)
et Chantale Lavoie (préfet de la MRC de La Matapédia)


Le 28 juin 2011, la Société locale de développement de Lac-au-Saumon (SLD) a procédé à la présentation officielle du nouveau tertre funéraire dédié à la mémoire de John-Frederick Darwall. L’inauguration du site vise à souligner les efforts de la SLD afin de remettre en état ce site hautement symbolique et culturel qui aura été laissé à l’abandon durant de nombreuses années. Aujourd’hui, avec cette cure de rajeunissement, le site se veut désormais plus accessible tout en conservant une large partie de son cachet d’antan.

« Jusqu’aux années 50, c’était le Canadien National qui entretenait les lieux et avec les années, la nature a repris ses droits. Au tournant des années 2000, les administrateurs de la Société locale de développement ont pris la décision de prendre en charge la restauration et d’en assurer sa conservation. Le tertre funéraire de John-Frederick Darwall fait partie de l’histoire de Lac-au-Saumon, constitue un patrimoine unique, et mérite d’être conservé » de dire monsieur Raymond Thériault, président de la SLD. « On souhaite que les gens de Lac-au-Saumon maintiennent leur intérêt pour ce site culturel et veillent à sa protection » poursuit monsieur Thériault.

Le site est situé à la sortie est de la municipalité, sur la route St-Edmond. Outre les administrateurs de la Société, la SLD désire remercier les personnes qui ont contribué à la réalisation du projet : messieurs Roger Anctil et Denis Rioux, Les Entreprises L Michaud & Fils Inc., l’entreprise L’Enfer forgé de Saint-Raphaël, monsieur Stéphane Pineault, agent de développement et responsable de l’équipe rurale du CLD de La Matapédia de même que la municipalité de Lac-au-Saumon.
 
Un peu d'histoire
Comme décrit par monsieur Francis St-Laurent sur le site Internet de la municipalité, l’histoire entourant la mort du regretté Darwall diffère selon les sources.

Originaire du comté de Kent, dans le sud-est de l’Angleterre, John-Frederick Darwall avait 35 ans en 1871. À cette époque, il était assistant-ingénieur affecté à la confection du tracé de la future ligne de chemin de fer et habitait un camp situé sur le lot 22 du rang B du canton Humqui (extrémité est), sur la rive sud du lac au Saumon connu comme le « Paradis siding ».

Au cours du printemps, il aurait fait la rencontre d’une jeune femme résidant à Causapscal, nommé « Les Fourches » à cette époque en raison de la rencontre des rivières Matapédia et Causapscal. Darwall aurait rapidement demandé la main de cette femme dont l’identité demeure mystérieuse. Selon l’abbé Alexandre Bouillon, curé-fondateur de la paroisse de Saint-Edmond-de-Lac-au-Saumon et auteur du livre « Au grand jour ou les évolutions d’une paroisse canadienne », la jeune promise serait Margaret Noble, fille du premier gardien du poste des « Fourches », Jonathan Noble. D’après l’abbé Jean-Baptiste Beaupré (alias Lambert Closse), ancien vicaire de Causaspcal et auteur d’« Un site enchanteur de la Vallée de la Matapédia », la jeune femme aurait été Élizabeth Murray, sœur de John Murray dont l’épouse était Anne Noble, fille du même Jonathan Noble.

Quoi qu’il en soit, il s’avère que la jeune femme, quelle qu’elle soit, aurait refusé le mariage. Le soir du 27 novembre 1871, après s’être rendu à Causapscal afin d’aller la voir, Darwall a déposé sa montre et quelques objets précieux sur les genoux de cette femme, et retourna à son camp. C’est en essayant de traverser la rivière que la glace aurait cédé sous le poids du malheureux. Certains pensent plutôt que ce dernier aurait mis fin volontairement à ces jours, étant donné son état d’âme, à vous de juger.

Ce n’est qu’en juillet de l’année suivante que son corps fut retrouvé, flottant à la surface du lac, en face de l’endroit où il fut inhumé, le 23 juillet 1872.

Un monument, élevé par les cheminots et maintenant restauré, rappelle le souvenir de cet ingénieur :

In memory of
John Frederick Darwall
Second son of the late Revd F.-W. Darwall, M.A.,
of Sholden, Kent, England,
Assistant Engineer in the
construction of this Railway
who was drowned in crossing
the ice on the Metapedia
River at the foot of this
lake, 27 th Nov r 1871,
Born 9 th Aug r 1835,
Buried 23 rd July 1872.
Acquiescat in pace
 

Source : Raymond Thériault, président, Société locale de développement de Lac-au-Saumon